Accéder au contenu principal

#1 Alain Bashung – Alcaline (1989)

47ème jour de marche, on est  déjà à plus de 1500 kilomètres de la côte est. Dehors : « l’incandescence ». Il fait décidément trop chaud. Je suis déshydraté et mes pensées se brouillent, je divague. Quand reverrai-je la mer et ses plages alcalines ?


Paroles et musique : Boris Bergman et Alain Bashung

Album : Novice

Label : Barclay

Enregistré à : Studio I.C.P. (Bruxelles)

Sortie : 1989

C’est la pénombre.

La piste en une punchline : “En vertu des rasoirs, tu viens couper court à notre histoire, à tiroirs.”

Le nirvana de la piste : “J’veux tout réécouter, vaguement brisé, sur une plage alcaline.”

Veuillez lire attentivement cette notice avant d’écouter cette piste car elle contient des informations complètement subjectives mais néanmoins importantes pour vous. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Cette piste vous a été personnellement prescrite. Ne la faites pas écouter à quelqu’un d’autre. Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, baissez le volume.

Dans quel cas cette piste peut-elle être écoutée ? 

Préparation à la traversée du désert, afin d’habituer l’organisme.

Comment écouter cette piste ?

Ne pas conduire en écoutant la piste, et ça inclut tout type de véhicule à roue!

Comment se fringuer pour écouter cette piste ? 

Chaussures de rando, et pas le premier prix de chez Décat’ s’il vous plaît, il y a de la route à faire, du gravier à dévaler.

Que manger ou boire en écoutant cette piste ? 

De l’eau, beaucoup beaucoup d’eau, sinon vous aurez les mêmes symptômes que le capitaine Haddock dans Le crabe aux pinces d’or.

Quels sont les effets indésirables éventuels  ?

Perte du sens de l’orientation, apparition de mirages intempestifs d’oasis à gogo, déchirement des cartes Michelin.

Photographe : Thierry Rajic
https://thierryrajic.com/

Bashung mi-ombre mi-lumière, mi-noir mi-gris, pour un résultat absolument pas mi-figue mi-raisin.

COTILLON
“Des cotillons, il nous en faudrait encore”

Aujourd’hui : accessoire de fête (serpentins, confettis)
Au Moyen-Age : Cotte, jupe de dessous particulièrement chez les femmes du peuple et les paysannes. (Cotillons bleus; rallonger, retrousser ses cotillons)
« Mme Saillard n’avait pas de robes, mais ce vêtement antique nommé, dans la Touraine et dans la Picardie, des cottes, ou plus généralement en France, des cotillons, espèce de jupes plissées derrière et sur les côtés… » Balzac, Les Employés,1837, p. 53.

  • Sur “Alcaline” Bashung a souhaité faire référence au répertoire de Christophe, et en particulier aux chansons “Aline”, et “Les mots bleus” :“t’aimes plus les mots roses que je t’écris ?”. Plusieurs années après, Christophe a magnifiquement repris la chanson.

  • “Novice” ? “No vice” ? “Nos Vices” ? Le titre de l’album a souvent été interprété de différentes façon. Et vous, êtes vous “vice” ou “no vice” ?
  • C’est la dernière participation de Boris Bergman sur cet album après quinze ans de collaboration (Bergman signa les paroles des premiers succès Gaby oh Gaby, Vertige de l’amour…), tandis que Jean Fauque inaugure sa coopération avec Bashung et l’accompagnera jusqu’à son album “L’imprudence” (2002).
  • Bashung a fait intervenir des musiciens étrangers de renommée internationale sur cet album : Phil Manzarena (Roxy Music), Colin Newman (Wire), Dave Ball (Soft Cell), Blixa Bargeld (Einsturzende Neubauten).
  • Podcast de France Inter retraçant l’histoire de trois albums (Figure imposée, Passé le Rio Grande, et de Novice), épisode d’une superbe série d’émissions retraçant la carrière d’Alain Bashung.

Si tu veux j’peux t’aider

Ça m’a fait un peu lourd à porter

Sûr, t’as rien oublié ?

Les bateaux que tu me démontais

En vertu des rasoirs

Tu viens couper court à notre histoire

À tiroirs

Dehors l’incandescence

N’approuve que les larmes d’un sampler

J’veux tout réécouter

Vaguement brisé

Sur une plage alcaline

Où veux-tu que J’te dépose ?

Tu m’as encore rien dit

T’aimes plus les mots roses

Que je t’écris ?

J’aimais ta géométrie

Exacerbée d’une pensée profonde

À tourner l’dos au soleil

On n’est pas pour ça plus fort en nombre

Décor décortiqués

Reconstituez

Sur une plage alcaline

Où veux-tu que j’te dépose ?

Tu m’as encore rien dit

T’aimes plus les mots roses

Que je t’écris ?

Comme l’anaconda aime à se griser au Temple d’Angkor

Des cotillons, il nous en faudrait encore

Plus des confettis

Veux-tu que j’te dépose…

par Ryme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :