Accéder au contenu principal

#6 Florent Marchet – Le terrain de sports (2004)

On a atteint le milieu du mois de juillet, et je suis de retour chez mes parents. Je vais y passer quelques jours. Sur mes albums de Gaston Lagaffe et mes vieux France Football, j’ai forcément trouvé une bonne couche de gris. Cet aprem’, j’ai décidé d’enfiler mes anciennes Asics et d’emprunter le vélo de mon frère. La dernière fois que j’ai emprunté la route qui mène à Gargilesse, ça ne m’étonnerait même pas que ce soit à la fin de mon année de 5e, juste avant la demi-finale de la coupe du monde. Après le rond-point aux fleurs bariolées, en prenant la deuxième sortie, il y a toujours le vieux terrain de sport. Pas tondu depuis sûrement quelques mois éternels. Dans les cages, c’est la savane. Et on ne distingue même plus la ligne médiane, bouffée par les pissenlits déjà cramés par le soleil.  

J’ai essayé de toucher la barre depuis le milieu de terrain. 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est r-14795104-1581780588-1220.png.jpg

Paroles et Musique : Florent Marchet

Album : Gargilesse

Label : Barclay

Enregistré à : Studio ICP (Bruxelles) et Gargilesse

Sortie : 2004

La piste en une punchline : On se parlait à peine, mais le bruit de nos veines nous rappelaient l’orgasme, la tempête. J’avais plus le goût à la fête.

00.50’s : alors que le parfum de la lessive de ma mère embaume encore mon maillot malgré les premières transpirations, la fille du marchand de journaux s’assied sur le bord du terrain.

02.37’s : montée crescendo de l’intensité mélodique et cardiaque du morceau. Les vapeurs des cuivres rendent presque aveugle. Je dois remettre mes lunettes.

03.30’min : une fanfare disparaît lentement dans le silence moite d’une soirée au village, et nous laisse avec nos doutes. “Pourquoi rien n’est sublime ?”

Veuillez lire attentivement cette notice avant d’écouter cette piste car elle contient des informations complètement subjectives mais néanmoins importantes pour vous. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Cette piste vous a été personnellement prescrite. Ne la faites pas écouter à quelqu’un d’autre. Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, baissez le volume.

Chaussez vos crampons, le terrain est tout juste praticable.*

Dans quel cas cette piste peut-elle être écoutée? 

En préparant une partie de foot entre amis sur le terrain municipal du village, si vous vous attendez à gagner les prolongations et survivre à la 3e mi-temps. Mais avant de vous projeter sur votre triomphe, allez dans le garage réparer la chambre à air fissurée de votre vieux vélo Peugeot.

Comment écouter cette piste ?

Avec le vieux baladeur Sony Walkman qui traîne encore sous vos vieux magazines, dans le tiroir de votre chambre. Magazines que vous considériez érotiques mais qui ne sont peut-être que des albums périmés de La Redoute. 

Comment se fringuer pour écouter cette piste ? 

Asseyez-vous confortablement sur le sommier mou de votre lit d’ado et lacer de bonnes vieilles chaussures de rando. Etre bien chaussé, c’est l’essentiel. Le reste suivra. N’oubliez pas également vos kipsta.

Que manger ou boire en écoutant cette piste ? 

En rentrant de la partie, et si votre mère ne l’a pas déjà préparé pour vous, vous pouvez ouvrir les placards du haut, en sortir une Brioche Pasquier aux pépites de chocolat et faire couler du Joker multifruits. 

Quels sont les effets indésirables éventuels  ?

Rupture des sentiments amoureux croisés (pouvant affecter 1 auditeur sur 10), perte honteuse de la prolongation (pouvant affecter 1 auditeur sur 100), genoux et nostalgies éraflés par gamelles en vélo (pouvant affecter 1 auditeur sur 1000 : peut être soigné par du mercurochrome).

Photographie : Charles Fréger

https://www.charlesfreger.com/

Dans la lumière jaune pastel d’une chambre, Florent Marchet procède au laçage de ses chaussures. Quelque chose d’authentique et de nostalgique se dégage de cette image, mais on ne peut également s’empêcher de penser à une aventure imminente : une randonnée à vélo, une ballade dans les bois, un passage par la boulangerie du village ? Ou peut-être tout simplement le début d’une vie d’adulte.

LASCIF, LASCIVE

« Respiration prétendument lascive » (2e couplet)

Du latin lascivus (« enjoué, folâtre, enclin aux plaisirs amoureux »).

  • Qui est porté sur ou qui incite aux plaisirs amoureux, sensuels ou sexuels.

Tour de France*

  • L’album Gargilesse, après une première session aux studios ICP Bruxelles, a été enregistré en home-studio dans une maison à Gargilesse-Dampierre, commune du département de l’Indre, province historique du Berry, région familière de Florent Marchet. D’où, par exemple, les bruits de cloche que l’on entend au début du morceau  de l’album “Tous Pareils” et qui ne sont rien d’autres que ceux de l’église du village. 
  • Gargilesse est le tout premier album de Florent Marchet, nominé au prix Constantin en 2004. Par la suite, Marchet réalise trois autres albums (Rio Baril, Courchevel, Bambi Galaxy) et une compilation de chants de Noël en 2011 (Noël’s Song), agréable à écouter au pied du sapin. 
  • Le 19 août 2020 sortira chez Stock le premier roman de Marchet intitulé “Le Monde du vivant”. http://florentmarchet.fr/

* photo issue du livret du CD de l’album Gargilesse

  • Autour de Gargilesse, petit documentaire de 15 min sur la conception de l’album et ses conditions d’enregistrement dans une maison de Gargilesse.
  • Live (version pour piano) à la Maison de la Radio (Paris) pour l’émission Label Pop de France Musiques en 2014
  • Live au Prix Constantin en 2004

On était pas malins
Sans te prendre la main, on t’emmenait
Près du terrain de sport, cachés
On découvrait ton corps et très souvent
On perdait pas le Nord

Les yeux fermés et même en haut des cimes
Déçus, rien n’est sublime

Petit bateau à terre
Tes petits seins très clairs, on mélangeait
Le goût de la salive avec des parfums de lessive
Respiration prétendument lascive

Tes yeux qui flambent, des jambes qui nous animent
Au fond, rien n’est sublime

Les vapeurs de l’été
Nos mains précipitées, vers l’inconnu
Ça nous rendait plus forts, comme si,
Dans ton aéroport, jamais la vie
Pour nous ne s’évapore

Et toi tu semblais dire: « déchire, abîme!
En moi, rien n’est sublime »

On se parlait à peine
Mais le bruit de nos veines nous rappelaient
L’orgasme, la tempête
J’avais plus le goût à la fête
Alors, dégage! et remet tes lunettes

Tes yeux mouillés, la nuit qui s’illumine
Pourquoi rien n’est sublime?

par Simdo

Catégories

2000

Étiquettes

,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :