Accéder au contenu principal

#18 Alain Chamfort – Je laisse couler (1986)

J’ai rendez-vous avec mon banquier à 13h00. Je sais vraiment pas ce que je vais bien pouvoir lui raconter. Si on n’a vraiment plus de sujet de discussion, entre deux bavardages sur mon compte, j’imagine que j’essaierai de parler vite fait de l’actualité. Je lis plus les journaux, mais j’imagine que c’est comme ça que font les gens qui n’ont rien à se dire, en général, avec la pluie et les haussements de sourcil. Dans tous les cas, j’espère que je serai sorti à 14h30, je dois passer chez mon tailleur du XVe, chercher mon costume d’apéritif. Là-bas, la discussion sera plus coulante. Le pétillant aussi.

Paroles : Jacques Duvall

Musique : Alain Chamfort et Marc Moulin

Où trouver la piste ? : piste 9 sur 9

Durée de la piste : 4 min 50

Album : Tendres Fièvres

Label : CBS

Enregistré à : studio Synsound Bruxelles

Sortie : 1986

La piste en une punchline : « J’ai plus un radis mais j’me dis: c’est pas gênant. Je joue les dandys, je vous l’dis, c’est passionnant. »

1min28’s : Sur le chemin des billets verts, après un premier refrain qui balance et accroche, on reprend rapidement notre respiration avec une petite temporisation de synthés et de riffs de guitare dont on se délecte.

2min53’s : Deuxième moment de respiration où le piano s’installe à égalité avec un classieux solo de saxo qui apporte sa touche à cette grande valse de la procrastination et du bien-être insouciant.

4min05’s : Le banquier ne nous interdit pas notre compte, pour cette fois. Victoire. Ca vaut bien encore quelques déhanchés du bassin avant d’aller trinquer au gin chez Maurice.

Veuillez lire attentivement cette notice avant d’écouter cette piste car elle contient des informations importantes pour vous. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Cette piste vous a été personnellement prescrite. Ne la faites pas écouter à quelqu’un d’autre. Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, baissez le volume.

Le repos des braves.

Photo : Frédéric Veysset

Dans quel cas cette piste peut-elle être écoutée ? 

Pour procrastiner sur la piste et sur les comptes bancaires en toute liberté. 

Comment écouter cette piste ?

Chaque instant est bon pour attendre de faire les choses, alors faites-vous plaisir.

Comment se fringuer pour écouter cette piste ? 

Costume crème, soie anglaise et flanelle de préférence.

Que manger ou boire en écoutant cette piste ? 

Des petits oignons doux qui remplaceront aisément les radis, et du demi-sec.

Quels sont les effets indésirables éventuels  ?

Léthargie chronique / Fâcheuse manie à se prendre pour Oscar Wilde / Interdiction bancaire

Pochette : Jean-Baptiste Mondino

Chamfort a enfilé sa flanelle et est en plein mouvement de torsion rotative du bassin. Ses coudes levés et ses doigts penchants vers le vide lui donnent l’allure d’un torero du dancefloor, sur une piste qui aurait vu rouge. It’s Saturday night chamfortfever.

  • Au départ protégé de Claude François qui le lance dans le grand bain par l’intermédiaire de son label « Flèche » au début des années 1970, Chamfort s’émancipe petit à petit de son « mentor ». Lorsque les relations se détériorent, il signe chez CBS Records et trace sa route d’une chanson élégante et raffinée, dansante et au charme mélancolique. « J’ai eu le droit à un vrai contrat d’artiste avec une clause qui était celle d’avoir ma liberté artistique totale, sans directeur artistique. Ce qui m’a permis pendant 20 ans d’expérimenter des choses par la suite. » (Les nuits de France Culture, 2016)
En janvier 1973, séance d’enregistrement avec Claude François.

Alain Chamfort (à gauche) et Cloclo aux manettes en 1973

(photo  Jean-Claude DEUTSCH/PARISMATCH)

  • Un grand nombre de chansons de Chamfort ont également été écrites par Serge Gainsbourg, dont son tube “Manureva” sorti en 1979, et le succès « Bambou » en 1981. « Je suis tombé sur quelqu’un de très gentil et à l’écoute qui a adoré mes musiques. On a donc décidé de travailler ensemble. Il était totalement à l’écoute. » (Les nuits de France Culture, 2016)
  • Jacques Duvall est le parolier historique et fétiche d’Alain Chamfort, qui lui a écrit un nombre incalculable de chansons à succès. La rencontre entre les deux hommes dans les années 1980 est décisive. « Lorsqu’on est interprète et compositeur, la rencontre de son auteur est indispensable et j’ai eu la chance qu’elle se produise. […] D’un seul coup, quelqu’un m’a trouvé une identité, à travers les paroles des chansons, un territoire, un parti pris. » (Les nuits de France Culture, 2016)
  • Petite interview donnée pour Culturebox dans lequel Chamfort avoue un attachement à la chanson « Je laisse couler ».

« Y a-t-il, parmi vos chansons, quelques-unes qui, selon vous, n’ont pas été reconnues à leur juste valeur ?

– Il y en a pas mal ! Par exemple, « Si tu t’en allais », « Qu’est-ce que t’as fait d’mes idées noires ? », « Je laisse couler », « Les paroles dans le vide » et « L’homme qui te veut du bien. »

https://www.francetvinfo.fr/culture/musique/chanson-francaise/interview-alain-chamfort-de-retour-avec-le-magistral-desordre-des-choses_3282767.html

  • Photo cassette pour le kiff :

 

J’aime la soie anglaise et la flanelle, là-d’dans, j’suis à l’aise
Mon tailleur est riche, c’est grâce aux goûts de luxe que j’affiche
J’ai plus un radis mais j’me dis: c’est pas gênant
Je joue les dandys, je vous l’dis, c’est passionnant

Y’a aucun problème, j’me sens bien dans mon costume crème
Un billet à mon revers, j’ai mon compte à découvert
Mais j’laisse couler, mais j’laisse couler
Y’a pas l’ombre d’un problème et si y en avait un tout de même
J’lui laisserais pas la vedette, j’peux bien crouler sous les dettes
Je laisse couler, je laisse couler

J’suis amoureux fou, ma p’tite chérie est vraiment trop chou
Mais voilà qu’elle part, j’aurais jamais cru ça d’ sa part
J’ai cessé d’lui plaire, mais j’me dis: c’est pas gênant
J’suis libre comme l’air, je vous l’dis, c’est passionnant

Y’a aucun problème, j’me sens bien dans mon costume crème
Sous l’revers amidonné, j’ai l’cur un peu chiffonné
Mais j’laisse couler, mais j’laisse couler
Y’a pas l’ombre d’un problème et si y en avait un tout d’même
En tout cas, j’me f’rais pas d’bile, quelques larmes de crocodile
Je laisse couler, je laisse couler, je laisse couler

Y’a aucun problème, j’me sens bien dans mon costume crème
Un billet à mon revers, j’ai mon compte à découvert
Mais j’laisse couler, mais j’laisse couler, mais j’laisse couler

Y’a aucun problème, j’me sens bien dans mon costume crème
Sous l’revers amidonné, j’ai l’cur un peu chiffonné
Mais j’laisse couler, mais j’laisse couler, mais j’laisse couler


Y’a aucun problème, j’me sens bien dans mon costume crème
En tout cas, j’me fais pas d’ bile, quelques larmes de crocodile
Je laisse couler.

par Simdo

Catégories

80's

Étiquettes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :